Nos Actualités

AG de la FNAB 2015 : un échange franc et constructif

vendredi 10 avril 2015, FNAB

Un réseau de productrices et de producteurs bio engagés pour la transition écologique et sociale des territoires. Un échange franc et constructif avec le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll.

Le réseau FNAB a tenu son assemblée générale les 8 et 9 avril 2015 à Dunkerque en partenariat avec son groupement régional, le GABNOR. Des délégués venus de la France entière pour deux jours de travail sur le thème du développement territorial de l’agriculture biologique, dans le contexte notamment de la réforme territoriale.

 

L’assemblée générale a élu un nouveau conseil d’administration. Stéphanie Pageot (Pays de la Loire) a été élue présidente à l’unanimité, elle sera épaulée par les secrétaires nationaux suivants : Irène Carrasco (Aquitaine), Alain Delangle (Basse Normandie), Laurent Moinet (Haute Normandie), Jean-Paul Gabillard (Bretagne), François Douville (Languedoc Roussillon), Guillaume Riou (Poitou Charentes).

 

Une ambition bio : réussir la transition écologique des territoires

 

Le colloque public de l’AG de la FNAB s’est tenu le jeudi 9 avril 2015 (vidéo ci-dessous). Il a été l’occasion de présenter les enjeux de la transition écologique et sociale des territoires avec un focus sur la région Nord Pas de Calais, engagée dans une troisième révolution industrielle. Séverine Romanowski, directrice du GABNOR, a présenté l’étude prospective du MEDDE et Dominique Hays, administrateur du GABNOR, est revenu sur la stratégie de la région et la contribution de l’agriculture biologique à cette vision d’avenir du territoire.

 

Voir synthèse de l’étude « Analyse du système agro-alimentaire de la région Nord - Pas de Calais: Enjeux sur la qualité de l’eau » (M.Benhalima, 2014)
(voir également la présentation détaillée en vidéo de l'étude lors du colloque du 5 décembre 2014)

 

Un échange franc et constructif entre le ministre de l’Agriculture et le réseau FNAB

 

Une table ronde composée de producteurs bio du réseau FNAB a permis de présenter au ministre les actions territoriales du réseau FNAB pour la protection des zones à enjeux eau et la structuration de filières locales durables, pour la sensibilisation et l’accompagnement des producteurs conventionnels vers la conversion bio en partenariat avec d’autres réseaux, pour l’accessibilité des produits bio via les circuits de proximité à dimension sociale et l’accompagnement des familles à « alimentation positive ».

Un accord sur les stratégies localisées et contractualisées de protection de la ressource en eau par l’agriculture biologique 

 

Sur la préservation des zones de captages d’eau, le ministre Stéphane Le Foll s'est dit prêt à regarder et à soutenir ces démarches lorsqu'elles sont engagées par les collectivités locales. Il a cité ainsi l’activation du dispositif des groupements d’intérêts économiques et environnementaux (GIEE) sur ces zones dans le cadre de démarches de collectivités et d’agriculteurs, il pourrait ainsi financer l’animation de ces démarches partenariales de territoires, lesquelles devraient aussi s’appuyer sur la mobilisation des mesures agri-environnementales du deuxième pilier de la PAC. Il s’est dit favorable à ce que ces démarches puissent être également soutenues  via le plan Ecophyto.  

 

Retrouvez toutes les informations sur l’action « eau et bio » de la FNAB sur le site dédié ainsi que les expériences des collectivités sur le portail documentaire DevLocalBio

 

Un accord sur les stratégies de développement territorialisées des débouchés bio

 

Le ministre a reconnu la pertinence de ces stratégies territoriales de développement de la bio mises en œuvre par le réseau FNAB en ce qu’elles concrétisent la logique du programme Ambition bio 2017 d’un développement conjoint de la production et des débouchés. C’est, pour lui, tout l'enjeu de son action publique, de structurer les filières en évitant de banaliser la bio, une construction stratégique pour valoriser la bio, éviter le "je produis et on verra, qui finit par je vends pas". Ainsi, pour lui, la bio locale représente bien l'idéal car on est sur un objectif territorial de production de qualité en mettant en avant les aménités positives de la bio sur les objectifs de réduction des pesticides et de protection de l’environnement. En ce sens, il a réaffirmé la faisabilité de la commande publique d’achat bio locale et la nécessité d’atteindre partout l'objectif de 20% en bio dans les restaurants publics.

 

Plus d’informations sur « manger bio local en entreprises » (colloque national à Lyon le 16 juin 2015), défi « familles à alimentation positives » et expérience des « biocabas solidaires ».

 

Une vigilance partagée pour l’accompagnement de la nouvelle dynamique des conversions

 

Stéphanie Pageot, présidente de la FNAB a salué la venue du ministre à l’assemblée général des producteurs bio, un choix politique de reconnaissance. Elle a par ailleurs rappelé le souhait de la FNAB de repartir sur des bases solides de dialogue avec le ministère dès lors que les producteurs bio auront « touchés leur du des aides 2014 sans nouvelles démarches administratives ». La présidente de la FNAB  a affirmé haut et fort la nécessité d’atteindre au moins le doublement des surfaces en bio d’ici fin 2017 en assurant les moyens pour la conversion et en rendant accessible, partout et pour tous, des aides « maintien » reconnaissance des services environnementaux et sociaux rendus par les producteurs bio. :« Elles doivent permettre de rémunérer les services que nous rendons dans l’intérêt général, à savoir la protection de l’eau des pollutions diffuses (pas de pesticides, pas d’engrais azotés de synthèse), la réduction des GES, la protection de la biodiversité cultivée et sauvage, l’entretien et le développement des infrastructures écologiques (haies, fossés, mares, prairies permanentes…), la protection du citoyen de la pollution de l’air par les pesticides, la création d’emplois non délocalisables (+ 60% en bio) et enfin la fourniture de produits de haute qualité nutritionnelle et gustative… ». En ce sens, la FNAB a proposé les régions comptant de nombreux producteurs bio, la disponibilité de l’aide de reconnaissance soit rendue possible par une dose de dégressivité et aussi de bonification par le nombre d’UTH. (cliquez sur l'image pour visionner le discours de Stéphanie Pageot)

 

Stéphanie Pageot a offert deux « kits  de conversion »  au ministre présentant les actions du réseau FNAB (sensibilisation et accompagnement des producteurs conventionnels et sensibilisation et accompagnement des ministères sur l’introduction de produits bio en restauration collective d’Etat). Elle a rappelé également le souhait de la FNAB d’un travail partenarial avec le réseau des chambres d’agriculture par le biais notamment d’une convention cadre avec la tête de réseau APCA.

 

 

Stéphane Le Foll a réaffirmé son attachement personnel et politique au développement  de la bio en rappelant l’engagement financier de l’Etat pour la période 2015-2020. Si les aides « conversion » seront assurées partout, dans un cadre régionalisé, les régions sont invitées à aller plus loin encore dans les zones de faible pourcentage de leur surface agricole utile, en particulier dans les zones céréalières. Le soutien aux agriculteurs bio existants doit être également réaffirmé partout dans le cadre  d’aides « maintien » négociées, notamment par la dégressivité et l’activation d’autres mesures agri-environnementales. (cliquez sur l'image pour visionner le discours de Stéphane le Foll)

 

Suite notamment à la demande de la FNAB, le ministre a annoncé une réunion du comité national de pilotage du programme Ambition bio 2017 en septembre pour faire le point sur les besoins budgétaires après les déclarations d’engagements des producteurs pour 2015 et les années suivantes.

 

Il a enfin appelé à la généralisation de « pôles de conversion bio » dans les régions pour créer de la synergie entre les réseaux d’accompagnement agricoles dans le cadre des objectifs du Programme Ambition bio 2017. Pour Stéphane Le Foll, l’agriculture biologique et l’intérêt général vont de pair.

 

Des exemples de « pôles de conversion » bio en Rhône Alpes et en Poitou Charentes
Le communiqué de presse de la FNAB ICI

 

PRONADIS BIO© 2015 tous droits réservés

Conception OVAsite